divendres, 18 de maig de 2012

Coses que no sabré mai

Hi ha fòrmules que no coneixeré mai, muntanyes que mai no pujaré, persones que mai no podré estimar, ciutats que mai no visitaré, llengües que mai no parlaré, llibres que mai no llegiré, flors que mai no oloraré, arbres que mai no em donaran ombra, cels que mai no veuré, mars que mai no navegaré. Aquest món finit dins de l’univers infinit que sóc jo passeja sovint pels camps dels núvols. Com avui. I, a vegades, són rosats, com els de la fotografia que vaig fer de l’albada del dimarts 10 d’abril, des de la finestra del meu estudi.

8 comentaris:

  1. I que petits que sóm, i que sovint ens n'oblidem...

    ResponElimina
  2. Com Borges, un amic meu s'imagina el cel com una gran biblioteca. Quina festassa, l'eternitat amb llibres!

    ResponElimina
  3. Camps de nùvols.
    Ganes de viure.

    Serge Reggiani
    LE TEMPS QUI RESTE
    Paroles: Jean-Loup Dabadie
    Musique: Alain Goraguer

    http://www.youtube.com/watch?v=xS3XYpb8dSs&feature=related

    Combien de temps...
    Combien de temps encore.
    Des années, des jours, des heures combien?
    Quand j'y pense mon coeur bat si fort.
    Mon pays c'est la vie.
    Combien de temps...
    Combien

    Je l'aime tant, le temps qui reste.
    Je veux rire, courir, parler, pleurer,
    Et voir, et croire,
    Et boire, danser,
    crier, manger, nager, bondir, désobéir
    j'ai pas fini, j'ai pas fini.
    Voler, chanter, partir, repartir
    souffrir, aimer.
    Je l'aime tant le temps qui reste

    Je ne sais plus où je suis né, ni quand
    je sais qu'il n'y a pas longtemps
    et que mon pays c'est la vie.
    Je sais aussi que mon père disait:
    le temps c'est comme ton pain
    gardes en pour demain.

    J'ai encore du pain,
    J'ai encore du temps, mais combien?
    Je veux jouer encore.
    Je veux rire des montagnes de rires,
    je veux pleurer des torrents de larmes,
    je veux boire des bateaux entiers de vin
    de Bordeaux et d'Italie
    et danser, crier, voler, nager dans tous les océans...
    J'ai pas fini, j'ai pas fini
    je veux chanter
    je veux parler jusqu'à la fin de ma voix.
    Je l'aime tant le temps qui reste...

    Combien de temps...
    Combien de temps encore?
    Des années, des jours, des heures, combien?
    Je veux des histoires, des voyages.
    J'ai tant de gens à voir, tant d'images.
    Des enfants, des femmes, des grands hommes,
    des petits hommes, des marrants, des tristes,
    des très intelligents et des cons.
    C'est drôle, les cons, ça repose,
    c'est comme le feuillage au milieu des roses.

    Combien de temps...
    Combien de temps encore?
    Des années, des jours, des heures, combien?
    Je m'en fous mon amour.
    Quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore.
    Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul.
    Quand le temps s'arrêtera.
    Je t'aimerai encore.
    Je ne sais pas où, je ne sais pas comment
    mais je t'aimerai encore.

    D'accord?

    ResponElimina
  4. Es el destino del ser humano, no poder contemplarlo todo. Tampoco las nubes navegan por todos los cielos : hacen y deshacen bellamente sus formas en breves espacios.
    Un abrazo.

    ResponElimina
    Respostes
    1. Bella consolación la de las nubes, José Julio. Un abrazo.

      Elimina